Tourisme

L'Eure-et-Loir est un territoire aux charmes insoupçonnés ! Ses sites patrimoniaux, ses chemins de randonnée, ses espaces naturels sensibles, sont autant de raisons d'en faire une destination touristique qui n'a rien à envier aux autres et un atout de développement économique.

Le Département a confié la coordination des actions de son schéma départemental de développement touristique au Comité départemental du Tourisme (CDT). Découvertes nature ou patrimoine, rencontres insolites, week-end insolite en famille, à cheval, en vélo, à pieds, en canoë, il existe mille et une façons de découvrir les charmes de notre territoire. Ce sont ces atouts que le Département souhaite mettre en valeur pour développer son dispositif d'aide à l'hébergement touristique.

CDT, 123 randonnée

Le Comité départemental du Tourisme (CDT) valorise les atouts du territoire eurélien. Et pour cela, il ne manque ni d'imagination, ni d'ambition !

Du côté ludique, le CDT propose des livrets de jeux et des activités originales avec le club des "Ambassadeurs" (petits ou grands). Du côté numérique, le CDT n'a pas attendu pour entrer dans l'ère du e-tourisme. Vous pouvez, par exemple, visiter le domaine de La Ferté-Vidame avec votre iPod. Avec l'application mobile "Eure-et-Loir Tour", vous préparerez votre week-end en Eure-et-Loir en temps réel : visites de patrimoine, musées, parcs et jardins, sports et loisirs, manifestations, restauration, produits du terroir.

Enfin, le site du CDT vous propose de réserver votre hébergement en ligne ! Du côté sport et nature, un site dédié regroupe les randonnées (à pied, en VTT, en vélo ou à cheval) organisées tout au long de l'année.

Le schéma de développement touristique

Pour soutenir l'économie touristique de son territoire, le Département a adopté un schéma départemental de développement touristique et a mis en place un dispositif d'aide à l'hébergement touristique. Ces actions sont mises en œuvre par un réseau de partenaires, dont la coordination est confiée au Comité départemental du Tourisme. Le schéma s'articule autour de 5 axes prioritaires. Il organise le renforcement de l’attractivité de l’Eure-et-Loir, le positionnement de l’Eure-et-Loir comme une destination phare du “tourisme de proximité”, la promotion de l’offre touristique départementale, l'accompagnement des territoires dans leur développement touristique et l'intégration des pratiques de développement durable.

Le Département espère ainsi atteindre le million de nuitées par an d'ici à 5 ans.

Les pays d'accueil

Le paysage touristique eurélien s'étend sur 5 pays d'accueil.

A 1h30 seulement de Paris, le Perche, Parc Naturel Régional est une destination 100% nature, entre manoirs, collines, forêts, bocages et pâturages.
Terre d'inspiration féconde pour les poètes et écrivains, de Ronsard à du Bellay, la Haute Vallée du Loir associe charme, poésie et douceur de vivre.
A Chartres, la cathédrale, Patrimoine mondial de l’UNESCO, est un joyau des arts médiévaux. La « capitale du vitrail » invite à la flânerie au gré de ses quartiers médiévaux, de musées, de terrasses.

La vallée de l'Eure fut de tout temps un rempart naturel, une ligne de front avec la Normandie. Ce cadre naturel, avec ses vestiges, est en partie classé zone Natura 2000.
Espaces infinis, démesure des proportions, pays du ciel et du vent... la Route du Blé en Beauce favorise la découverte de ce territoire parsemé de moulins à vent, châteaux, gentilhommières, églises peintes, fermes et éoliennes.

Le Château et les Parcs de Maintenon

Voulant la gratifier pour son dévouement à élever les enfants cachés qu’il a avec Madame de Montespan, Louis XIV octroie à Françoise d’Aubigné assez d’argent pour qu’elle s’offre, en 1674, le domaine de Maintenon. Celle qui était alors la veuve ruinée du poète satirique Paul Scarron, va, en moins de dix ans, passer du statut de gouvernante des bâtards du roi à celui d’épouse secrète du Roi Soleil, pesant de toute son influence sur ses trente dernières années de règne. Une ascension extraordinaire qui a transformé le château de Maintenon, pour répondre aux besoins, mais aussi aux caprices démesurés, de la Cour et du Roi. Ainsi, pour protéger Louis XIV des intempéries lorsqu’il se rend aux offices, la grande galerie est construite entre le château et l’église.

C’est à la même époque que, sur ordre du Roi Soleil, son maître-jardinier André Le Nôtre, bien que déjà accaparé par Versailles, vient créer les Jardins de Maintenon. Et, au bout de l’allé Racine où l’écrivain se promenait lorsqu’il composait des pièces commandées par Madame de Maintenon, se dresse un majestueux aqueduc inachevé. Le seul ouvrage civil de Vauban, qui devait amener l’eau de l’Eure à Versailles pour alimenter ses fontaines, a mobilisé 30.000 hommes pour sa construction. Louis XIV le voulait « digne de la grandeur des Romains ». Les premiers plans l’imaginaient quatre fois plus long et deux fois plus haut du le Pont du Gard ! Il en reste, aujourd’hui, d’extraordinaires arches sur lesquelles a poussé une forêt d’arbres. Madame de Maintenon a donné son domaine en dot à sa nièce et, au XIXe siècle encore, l’un de ses prestigieux descendants, le Duc de Noaillles, a poursuivi l’embellissement du site, lui apportant de son style Renaissance.

Les descendants du Duc de Noailles ont créé la Fondation Mansart en 1983, pour lui confier le château qui a été habité jusqu’à il y a quelques années encore. Le Conseil départemental d’Eure-et-Loir a pris le relais en 2005, pour préserver et faire vivre ce fleuron du patrimoine départemental, assurant sa restauration, son entretien et son animation.

Infos pratiques

Château de Maintenon, Place Aristide-Briand, 28130 Maintenon

Tél. 02.37.23.00.09 // chateaudemaintenon.fr 

Facebook chateaudemaintenon

 

 

Les châteaux et les Parcs de La Ferté-Vidame

Louis de Rouvroy, Duc de Saint-Simon, a vu plus grand qu’un château : la demeure du mémorialiste de la Cour, édifiée en 1771, avait les dimensions d’un palais. Un monument de trois étages, de 167 pièces, entouré d’immenses parcs et jardins à la Française sur un millier d’hectares. L’écrin fastueux pour l’écriture des « Mémoires de Saint-Simon », incomparable témoignage de la fin du règne de Louis XIV et de la Régence.

Il reste aujourd’hui les immenses façades de ce palais pillé à la Révolution, ses parcs parsemés de pièces d’eau, et le « Petit château » qui, à l’époque du palais, faisait office de communs et d’écuries.

L’Etat a donné le site au Conseil départemental d’Eure-et-Loir en 1991. Le Département a réalisé d’importants travaux pour permettre, aujourd’hui, au public d’aller se promener dans les parcs et admirer les majestueuses ruines des façades. Le « Petit château », qui a déjà bénéficié d’une première campagne de restauration, doit de nouveau faire l’objet d’importants travaux de préservation, entre 2020 et 2021.

 

Le Conservatoire de l’Agriculture, Le Compa

Le Conservatoire de l’Agriculture a sa vitrine, Le Compa, musée aménagé dans l’ancienne Rotonde où l’on stockait les locomotives près de la gare de Chartres. Le Conservatoire est riche de plus de 8.000 pièces retraçant l’histoire de l’agriculture, des affiches aux engins agricoles, en passant par les supports de mémoires sonores et visuelles.

De l’histoire, de la technique, des sciences, mais aussi de l’art avec des expositions et événements thématiques réguliers. Il est considéré comme le plus important conservatoire d’Europe dans le domaine agricole.

Le Conseil départemental d’Eure-et-Loir, à l’origine de ce musée exceptionnel, classé Musée de France, entretient ses collections et les fait partager au Compa.

Infos pratiques

Le Compa – Conservatoire de l’Agriculture ; 1 rue de la République 28300 Mainvilliers

Tél. 02.37.84.15.00

Facebook : Le Compa

 

 

La Maison Tante Léonie

C’est là qu’est née la plus fameuse madeleine du monde, la « Madeleine de Proust ». Parce que c’est là, dans cette maison du bourg d’Illiers-Combray que Marcel Proust, enfant, venait passer ses vacances. Jules et Elisabeth Amiot, son oncle et sa tante paternels, ont ainsi offert à l’écrivain le cœur de son inspiration, Elisabeth devenue Tante Léonie dans « A la recherche du temps perdu » (1913-1927), laissait flotter dans cette bâtisse un envoûtant parfum du XIXe siècle.

La maison aux façades pailletées de mosaïques, le charmant jardin agrémenté d’une orangerie et d’un hammam, ont conservé cet esprit oriental très prisé au XIXe siècle.

Elle est doublement labellisée, Maisons des Illustres, et Musée de France.

Le Conseil départemental, chargé de la conservation de ce lieu mythique par la Société des Amis de Marcel Proust, consacrera, entre 2020 et 2022, plus de 2,4 millions d’euros dans la restauration et la maison et la création d’une nouvelle muséographie.

Infos pratiques

Maison de Tante Léonie – Muse Marcel Proust
4 rue du Dr Proust
28120 Illiers-Combray
Tél. 02.37.24.30.97

 

Le Pré Catelan à Illiers-Combray

Dans « A la recherche du temps perdu », c’est « Le Parc de Swann ». Ce parc, dessiné par Jules Amiot, l’oncle de Marcel Proust, est typique du XIXe siècle ; un jardin « à l’anglaise », hommage du romantisme avec sa sinueuse rivière et ses allées parsemées d’éléments néo-gothiques et néo-orientaux.

Un pont, des kiosques, la maison des archers édifiée sur une grotte, autant de petits trésor qui ont valu au Pré Catelan son inscription à l’inventaire des Monuments Historiques et l’attribution du label Jardin Remarquable.

Après l’avoir restauré, le Conseil départemental assure aujourd’hui encore l’entretien de ce jardin devenu aussi bien un lieu de pèlerinage pour les « Proustien » qu’un agréable endroit de balade pour les Euréliens. Comme il l’était pour le petit Marcel…

Cette page vous a-t-elle été utile ?
Cette page a été mise à jour le 30-03-2020